Edito

Discours du nouveau Président de la CACEM lors de l'installation des nouveaux Conseillers Communautaires

Fort-France, le 11 avril 2014

 

Chers Collègues,

Chers Amis,


Je veux vous remercier de l’honneur que vous me faites en m’élisant aujourd’hui Président de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique.

C’est avec humilité que je prends conscience de la haute et belle tâche qui m’attend.

Je succède aujourd’hui depuis la création de la CACEM, aux présidents Serge LETCHIMY et Pierre SAMOT, ces deux figures de l’histoire politique de notre territoire et de notre collectivité.

En 2001,  Serge LETCHIMY, Maire de Fort-de-France, fût élu Président de la communauté d’agglomération. Animé d’un esprit de progrès, il contribua à la mise en place de fondations solides, à la mutualisation des ressources et des moyens, permettant de rationaliser le développement de nos communes.

En 2008, Pierre SAMOT, Maire du Lamentin, lui succéda. Avec à sa tête un bâtisseur, cette mandature est parvenue à faire évoluer et ancrer notre intercommunalité comme une structure mature et reconnue. Et cela, dans une période marquée par une crise économique et sociale.

La CACEM est désormais une structure forte de ses atouts humains et géographiques. Une structure qui poursuit le chantier en consolidant un développement cohérent et partagé du territoire.

Aujourd’hui par votre vote, Saint-Joseph et son Maire reprennent le flambeau de la présidence.

Je ne trouve pas les mots pour vous dire ô combien votre confiance me donne l’impulsion nécessaire afin de réussir ce nouveau challenge de performance.

Saint-Joseph est certes la plus petite commune des quatre, mais elle est surtout la commune au grand cœur : le cœur de la solidarité et de la fraternité dont les fondements proviennent de l’esprit de famille qui caractérise la ruralité de notre ville. Ces valeurs fortes et essentielles qui fortifient nos actions depuis la création de la CACEM doivent être maintenues et renforcées durant cette nouvelle mandature.

Saint-Joseph est aussi un territoire où le sol est fertile et l’agriculture propice. Terre d’approvisionnement en eau,  elle est dénommée également poumon vert de la Martinique. Ces richesses environnementales, considérées comme de véritables atouts de développement, doivent permettre de renforcer les liens entre la singularité et la complémentarité.


Suite à la loi du 16 décembre 2010, portant réforme des collectivités territoriales,  nous avons pour la première fois dans l’histoire de la CACEM, la présence de forces d’opposition dans les rangs des conseillers communautaires.

Je leur souhaite la bienvenue dans ce lieu où la démocratie est reine ; car chacun de nous a un rôle à jouer, une parole à donner, un projet à défendre ; car nous avons tous à cœur de défendre les intérêts de notre population pour lui assurer un avenir meilleur.


Mes chers collègues, je souhaite contribuer avec vous au rayonnement de notre territoire. Avec de la rigueur et de l’audace, j’entends satisfaire aux besoins de nos administrés dans tous nos domaines de compétences : l’aménagement du territoire, le transport, le développement économique et social, la politique de la ville et l’environnement.

En chacune d’elle, je souhaite réaffirmer le rôle central de l’humain. Car il ne suffit pas de construire des routes, des places et des ponts pour que la vie soit plus supportable, le chômage et la misère disparus, et la société plus humaine.

Par plus de transparence, de concertation et de communication, je souhaite inscrire dans l’esprit de nos concitoyens, le dynamisme et la modernité, et faciliter ainsi l’appropriation de l’identité CACEM.

Nous devrons fournir un travail collectif pour une ambition collective. Un travail qui ne pourra pas se faire sans le personnel communautaire qui nous permet de garder le CAP par leurs actions et leurs compétences.

Ensemble, nous devrons suivre d’un œil avisé les évolutions institutionnelles à venir, afin de pouvoir jouer pleinement notre rôle dans le développement de notre pays. Je pense à la future collectivité territoriale de Martinique ou aux syndicats mis en place suite aux prescriptions du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale.


Mes chers collègues, la tâche n’est pas facile mais elle est exaltante.

Alors merci à nouveau de me faire confiance, que le travail continue et que nos objectifs soient atteints.

Je remercie mes collègues conseillers communautaires, Pierre SAMOT qui a toujours fait preuve de disponibilité, d’ouverture et d’écoute lorsque j’ai eu besoin de ses conseils avisés et sages.

Je remercie la population qui m’a fait confiance.

Je remercie chaleureusement l’ensemble du personnel de la CACEM pour l’organisation et la préparation de cette séance d’installation du Conseil communautaire. ».


Je vous remercie.